Le bon oeil n°03

98 

Technique : Aquatinte, eau-forte, pointe sèche
sur papier 200 gr pur chiffon fait à la main, tirage XIII / XXV

Dimension : 33 x 33 cm

Une œuvre proposée par la Galerie 22
Œuvre vendue avec certificat d’authenticité

la Livraison offerte pour la France, délai sous 7 jours en moyenne.

Catégorie :

| Artiste : Monique Flosi

“Quand elle grave, le mouvement du monde semble quitter ses yeux : le va-et-vient des autres, les gestes, la rumeur, les images, les signes, tout ce qui suit comme un sillage les voiliers blancs ou noirs de la vie, tout s’estompe. Son visage s’absente : dureté impassible d’un masque.
Mais le regard brûle au-dedans; regard inverse, jeté comme une sonde aux profondeurs secrètes où s’assemble, se serre, en noyau fou, solaire, un tumulte de forces impulsives, d’émotions flamboyantes, de rêves qui blasphèment et qui jettent des sorts.
Remonte alors avec les houles, les laves, jusqu’à la main qui scarifie, un univers de pierre, d’eau, de feu et d’air, habité çà et là par des monstres qui rient atroces ou débonnaires, traversé de regards sans repos, secoué d’étreintes charnues, frôlé, quelquefois, de plumeuses tendresses, d’émois délicats. Univers fantastique et fantasque, frère sombre de l’autre, avec son humour noir et ses rites barbares, son ordre propre, ses désordres, ses bonheurs, ses horreurs et ses doutes. 
Quand elle grave, ce qui d’abord ronge le cuivre, c’est sa volonté d’extirper ce qui hante, sa rage têtue de survivre, le lent surgissement d’une conjuration.
Et quand elle dessine, délivrée de l’âpreté fouisseuse qu’impose le métal, c’est un péril tout autre ; moins abyssal, simplement inscrit dans la trame de ce papie, fait à la main, qu’elle a choisi parce qu’il n’a rien de platement docile. Papier rebelle, qu’elle imprègne parfois d’encres vives, qu’elle déchire ou qu’elle froisse comme un chiffon ; papier complice, puisqu’il affecte alors une étrange patience, l’élasticité presque vivante du parchemin ; mais rebelle encore et toujours, parce que le grain de cette peau, ses marbrures, ses pelages, ses tatouages de hasard, – ce frissonnement d’épiderme –  dissimulent des pièges qui pourraient bien séduire. “

Extrait texte de Claude Mastre

Oeuvres du même artiste

Dimensions 33 × 33 cm