Fumée 4b20

1 100 

Technique : dépôt de carbone sur papier
Dimension : 31 x 24 cm
C’est le dépôt de carbone d’une flamme qui va donner «corps» à ce qu’Etienne Gros a nommé «les fumées».
Il peut se servir de la flamme d’une bougie ou d’une lampe à pétrole. De façon imprévisible, avec une extrême légèreté et douceur mais aussi une grande fragilité, va se déposer des formes sur la feuille de papier blanc.
Sans pinceau, ni crayon, ni rien d’autre qui pourrait s’apparenter aux accessoires du peintre n’est utilisé. Il dessine avec les volutes de fumée et se laisse émerveiller par l’aléatoire que la flamme lui propose.
Comme Aladin, il libère les génies de ses lampes et nous emmène loin, bien plus loin, dans un monde ancestral.

Vidéo sur la technique des “ Fumées “

Une œuvre proposée par la Galerie 22
Œuvre vendue avec certificat d’authenticité

la Livraison offerte pour la France, délai sous 7 jours en moyenne.

Catégorie :

| Artiste : Etienne GROS

Je n’avais jamais vu ça.
Ce travail d’Etienne Gros est unique. Je ne sais pas s’il a inventé la technique mais en tout cas il a trouvé là une manière magique de dessiner avec la fumée. Magnifique ! Soudain les lignes du dessin traditionnel s’effaçaient, il n’y avait plus les délimitations du trait de la mine de plomb, du fusain, sanguine, pastel, ou crayon cernant les formes, mais tout devenait volumes, jeux d’ombres et de lumières. Comme un génie sorti de la lampe d’Aladin, comme un génie (souvent féminin) venu se glisser entre les doigts d’Etienne pour prendre corps entre les volutes de fumée. Et l’invisible devenait visible.
Et sur la feuille blanche venaient se poser sans effort ni violence, des formes rondes, des formes vivantes, des formes insensées d’une incroyable vérité. Dessins à la fois précieux et subtils, comme nés d’une alchimie intérieure dans laquelle viennent se mêler courants d’air et poussières, dessins à la fois légers comme l’érotisme et forts comme la quête d’une beauté insaisissable, dessins de particules volontaires en particules particulières, dessins déposés sur les fibres de papier comme des soupirs remplis d’ondes, ou comme des fréquences en harmonie au-delà du spectre, les dessins de fumée d’Etienne Gros nous ramènent aussi à la naissance de l’Humanité, quand les feux des premiers hommes laissèrent la trace indélébile du feu de leurs vies, sur les parois des grottes dans lesquelles ils avaient séjourné.
La grande finesse des variations de gris posées sur la feuille, c’est aussi, au-delà de la technique, le symbole de l’Art dans son ensemble qui existe en transcendance. Les dessins de fumée d’Etienne Gros sont à la fois remplis de poésie et de sens, parce que ce qui est simple est souvent essentiel. Dessiner avec la fumée, quelle idée magique !
CharlElie
New York, mars 2007

Oeuvres du même artiste

Dimensions 24 × 31 cm